Kinésithérapie : pourquoi, quand et où ?

Aussi appelée physiothérapie, la kinésithérapie est un métier parmi les professions paramédicales. Les professionnels qui la pratiquent sont des kinésithérapeutes qui mettent en pratique les techniques de rééducation, réhabilitation et entretien du corps. Cela va du système locomoteur aux appareils respiratoires en passant par le système cardiovasculaire et lymphatique.

Qu’est-ce que la kinésithérapie ?

Il existe de nombreuses spécialités paramédicales, dont l’une des plus pratiquées est la kinésithérapie. Il est pratiqué par un professionnel ayant suivi une formation et finalisé son parcours par l’obtention d’un diplôme. Son objectif est de soigner un patient par un renforcement musculaire, une rééducation, un traitement de l’endurance et de la mobilité.

En effet, il est souvent recommandé de suivre des séances de kinésithérapie dans les cas suivants. Par exemple, si la personne a subi un traumatisme, une opération chirurgicale ou les conséquences d’un stress aigu. Dans la globalité, la kinésithérapie peut traiter aussi bien les os et les muscles que les organes.

Un praticien obtient le titre de kinésithérapeute s’il a obtenu un diplôme d’État certifié par le Conseil national de l’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Ensuite il est inscrit au Conseil national de l’Ordre. Suite à cela, il peut ouvrir un cabinet conforme aux normes. Il doit être équipé d’une table de massage professionnelle électrique ou non, d’un tabouret médical, d’une lampe infrarouge, d’un appareil de fitness, d’un ballon et d’un espalier pour la rééducation sans oublier les crèmes et les huiles de massage.

Quand passer une séance de kinésithérapie ?

La prescription d’un médecin est indispensable avant de pouvoir suivre des séances de kinésithérapie. C’est généralement le chirurgien ou le médecin traitant qui décide s’il est nécessaire ou non d’aller chez un kinésithérapeute. Il est également celui qui conseille quel professionnel consulté.

Pourquoi suivre une séance de kinésithérapie ?

La kinésithérapie est souvent indiquée dans le cadre d’une rééducation suite à un traumatisme, que ce soit une entorse, une tendinite, une fracture, etc. Elle peut aussi aider à se remettre d’un AVC (accident vasculaire cérébral), d’une léthargie, d’un problème neurologique ou moteur.

Les femmes ayant accouché de leur premier-né sont également, le plus souvent, orientées vers un kinésithérapeute pour la rééducation périnéale.

Chez les nourrissons, la kinésithérapie améliore la respiration en cas d’encombrement des voies nasales et respiratoires ou de bronchiolite.

Il existe une branche de la kinésithérapie qui sert à la rééducation vestibulaire, notamment dans le cas d’un vertige positionnel paroxystique bénin. Le kinésithérapeute procède par un massage basé sur plusieurs techniques de mouvement, faisant usage parfois de la chaleur, du froid, de l’eau ou des ultrasons.

Kinésithérapie ou ostéopathie ?

Généralement, les kinésithérapeutes sont aussi des ostéopathes. Mais, l’ostéopathie vise un traitement du corps de manière globale plutôt que ponctuelle comme la kinésithérapie. Elle est pratiquée par tout professionnel ayant un diplôme national d’ostéopathe. Un kinésithérapeute n’a par contre pas besoin d’un certificat pour la pratiquer.

Choisir un kinésithérapeute : sur quels critères ?

Le plus souvent, le kinésithérapeute est choisi par le médecin traitant ou le chirurgien en fonction de la nature de la pathologie. Un seul kinésithérapeute est recommandé pour le suivi d’un seul patient pour qu’il ait en main l’évolution des différentes pathologies l’ayant affecté.